Salutations

de Walter Thurnherr, secrétaire général du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication

La Suisse est mobile. Tous les jours ses habitants effectuent en moyenne 25 km dans le trafic motorisé individuel. 80% des ménages suisses ont au moins une voiture. La tendance vers toujours plus de mobilité se renforcera sans doute à l'avenir.

Notre grand besoin de mobilité est en opposition avec les objectifs climatiques et énergétiques de la Suisse. Un tiers environ de la consommation énergétique globale de la Suisse revient à la mobilité. Cette énergie est fournie presque exclusivement par des agents fossiles. Si la Suisse veut atteindre ses objectifs climatiques tout en maintenant son niveau élevé de mobilité, elle doit forcément recourir à des véhicules ayant un meilleur rendement énergétique. Les mesures concernant la mobilité prévues dans la "Stratégie énergétique 2050" encouragent l'utilisation de véhicules moins gourmands. Ce qui compte, c'est d'entreprendre une démarche neutre en termes de technologie. Les voitures électriques ont un bon rendement énergétique. Elles profiteront notablement des nouvelles conditions-cadres politiques.

Les ventes de voitures purement électriques sont encore marginales. Ce marché est toujours en cours de constitution. Il faut réussir à convaincre les consommateurs des qualités de ces nouveaux produits. Cet effort semble avoir réussi pour les voitures hybrides et les vélos électriques. Il s'agira de créer des offres globales plus attrayantes pour les voitures électriques. Abstraction faite du prix d'achat élevé, une voiture électrique a une foule d'avantages et convient parfaitement à un trajet quotidien de 25 km. Paradoxalement, la baisse de l'aspect émotionnel de l'automobile pourrait contribuer à la propagation de la propulsion tout électrique: l'idée de l'utilisation passe avant celle de la possession. Cela dit, l'émotion ne doit pas être totalement absente et la conduite automobile peut continuer de faire plaisir. Mais si le prix d'achat élevé n'est plus un argument contraire, il ne reste qu'à payer les prestations effectives de mobilité. Quelques obstacles s'opposent encore à la réalisation de modèles de mobilité de ce type, mais ils peuvent être surmontés si tous les acteurs concernés parviennent à s'entendre.

Ces obstacles peuvent être surmontés plus facilement grâce à des manifestations comme ce 4e Congrès de la mobilité électrique qui met en réseau les milieux concernés et propage les connaissances et informations. Ce soutien est précieux pour atteindre les objectifs énergétiques et il soutient l'esprit novateur en Suisse.

Je souhaite une foule de discussions passionnantes à ce 4e Congrès de la mobilité électrique.

Walter Thurnherr